Un bel éclair qui durerait

2020-2021

Dans les catalogues d’édition de ces trente dernières années, l’on trouvera difficilement des œuvres en quintette, assemblant la percussion au quatuor à cordes.
C’est que les questions posées par ce dispositif sont nombreuses, tenant aussi bien à la nature du projet, qu’au type de structuration formelle qu’il induit et qui s’y rattache, comme au choix des diverses stratégies d’écriture à mettre en œuvre.
Le quatuor à cordes est un dispositif instrumental à la fois « culturel » et « symbolique », où chacun peut immédiatement se situer.
En regard, la percussion peut alors apparaître comme un « monoèdre », un monde inversé, proposant une infinité de dispositifs (ici : phonolithes, lames de bois, balafon, pédale charleston, bambous, bols tibétains, tambours de bois, de métal…).
Dès le début de la conception du projet, il m’a semblé que l’écriture se devait d’abdiquer une part de son pouvoir de contrôle, cédant la « maîtrise » aux ambiguïtés anadyomènes que la transformation en temps réel des sons percussifs pouvait entretenir avec la quatuor.
Un peu comme si l’on peignait sur de la peinture humide en train de sécher pour mieux saisir la vitalité et exalter la matière dans sa contingence insubstantielle, dans l’immédiateté de sa réalisation.

Henry Fourès

Extraits sonores

Nomenclature

quatuor à cordes, percussion augmentée et dispositif

Autres formes

(couverture de Un bel éclair qui durerait)

Un bel éclair qui durerait

2020-2021
(couverture de Un bel éclair qui durerait)

Un bel éclair qui durerait

2020-2021