Harmonie


(édition scientifique)

(couverture de Harmonie)
  • extraits .pdf (130 ko)
  • partition pour piano
  • 8 min
  • ISMN 979-0-2318-0783-7
  • 21 x 29,7 cm (ép. 3 mm)
  • cahier agrafé
  • 17 pages
  • 70 g
  • éditeur : Symétrie
  • prix public TTC : 14,00 €

Cette édition de l’œuvre intitulée Harmonie, composée autour de 1800, est basée sur les manuscrits Ms 12068 et 2496 de la Bibliothèque nationale de France. Le second manuscrit correspond en fait à un recueil intitulé Practische Beispiele [Exemples pratiques] et composé de 24 morceaux pour piano avec texte explicatif. Harmonie en est le no 20.

Cette œuvre fut écrite à une période où Reicha expérimentait de nouvelles idées de composition. Dans Practische Beispiele, on trouve par exemple une fantaisie qui n’utilise que les trois notes de l’accord parfait de mi majeur, ainsi que deux morceaux, les nos 6 et 12, dans lesquels douze des touches noires doivent être accordées un demi-ton plus bas afin de permettre la répétition rapide d’une même note ou de faire des superpositions de notes identiques. Dans le no 12, la portée inférieure est écrite en fa majeur et la portée supérieure, contenant les notes modifiées, a une armature de cinq dièses, suggérant si majeur ou sol dièse mineur, mais produisant seulement, en réalité, les notes de la gamme de do majeur.

Harmonie fait partie de ces expériences. Sa forme est celle d’un thème et variations. Or, ici ce n’est pas une mélodie qui fournit la base, mais une séquence harmonique, d’où le titre. La pièce débute en effet par une séquence de 16 accords qui commence et se termine en la majeur et contient 13 harmonies différentes. Cette séquence fondamentale est suivie de six fantaisies, toutes fondées sur cette suite harmonique. Dans son commentaire sur l’œuvre, Reicha détaille son intention : « Cet enchaînement harmonique est répété six fois, et six fois avec un intérêt nouveau. Cette manière de répéter donne une nouvelle forme pour la composition et est du moins plus estimable, plus importante et plus utile pour l’esprit, parce qu’elle l’occupe davantage que les soi-disant variations usées et le plus souvent sans génie. Seuls de petits esprits peuvent se délecter de ces goûts modernes et si fréquemment utilisés. »

La cinquième fantaisie se démarque par l’absence de barres de mesure et utilise des rythmes irréguliers ; un style d’écriture qui n’est pas sans rappeler les préludes non mesurés de compositeurs français tels que Louis Couperin ou encore les fantaisies de style libre de Carl Philipp Emanuel Bach.

Michael Bulley

II existe plus de cent œuvres gravées de la composition de Reicha sans compter un grand nombre d’autres, encore manuscrites, et parmi lesquelles plusieurs sont pour l’art de la plus haute importance.

Hector Berlioz, Journal des Débats, 3 juillet 1836

© SYMÉTRIE 1999-2017. Reproduction interdite sans accord écrit. Page mise à jour le 4 novembre 2016

SYMÉTRIE édition de livres et de partitions de musique

...