Plein de nouveaux moyens de paiement ajoutés : Paypal, iDeal, Sofort, Giropay, virement.

Le Théâtre des demoiselles

tragédie et musique à Saint-Cyr à la fin du Grand Siècle

La fondation royale Saint-Louis de Saint-Cyr se signale comme un centre artistique important de la fin du xviie siècle. Les « demoiselles » élevées sous la houlette de Mme de Maintenon suivaient un programme éducatif ambitieux et résolument moderne, et furent les destinataires des deux dernières tragédies de Racine, Esther (1689) et Athalie (1691), puis des pièces de Boyer et de Duché de Vancy. Ce théâtre biblique, emblématique de la fin du règne du Roi-Soleil, accueillait des intermèdes musicaux dus à Jean-Baptiste Moreau, Claude Oudot et leurs contemporains. Le lyrisme dépouillé des chœurs, la simplicité touchante des enfants jouant Racine et la réputation de Saint-Cyr firent un temps les délices d’une cour vieillissante avide de divertissements pieux. En dépit de la régularisation de l’institution, la pratique musicale et dramatique perdura, offrant à la postérité un répertoire unique par le mélange de déclamation et de chant, par la dramaturgie qui permet d’insérer des chœurs bibliques dans la tragédie régulière et par une musique d’enfants qui exalte l’émotion tragique et invite le spectateur à une réflexion spirituelle.

Sommaire

  • Préface7

    Georges Forestier

  • Introduction15
  • Première partie : Un projet mis en œuvre29-278

  • Introduction31
  • I – Saint-Cyr, l’éducation musicale et les musiciens33
  • II. Le répertoire des musiques de tragédie chrétienne93
  • III. Les sources de Saint-Cyr, témoignages de la pratique musicale137
  • IV. Quel théâtre pour les demoiselles ?229
  • Deuxième partie : Esthétique d’un théâtre musical279-528

  • Introduction281
  • V. Structures et formes de la musique283
  • VI. Dramaturgie de l’insertion musicale363
  • VII. Le chœur et la musique, ou le pouvoir de l’émotion437
  • Troisième partie : Saint-Cyr face à la question de la moralité des spectacles529

  • Introduction531
  • VIII. La réception des tragédies, de l’école au couvent533
  • IX. Le spectacle musicale : un statut ambigu597
  • Conclusion653
  • Annexes663
  • Bibliographie761-820

  • 1. Sources manuscrites763
  • 2. Sources imprimées antérieures à 1800770
  • 3. Ouvrages postérieures à 1800782
  • Index Nominorum823
  • Tables des planches modifier831