In diebus illis


(édition scientifique)

(couverture de In diebus illis)
  • extraits .pdf (85 ko)
  • partition pour ensemble vocal ou chœur à 4 voix (SATB)
  • 4 min
  • ISMN 979-0-2318-0808-7
  • 21 x 29,7 cm (ép. 2 mm)
  • cahier agrafé
  • 8 pages
  • 65 g
  • éditeur : Symétrie
  • prix public TTC : 9,00 €

La source de cette publication est le manuscrit 5 de la cathédrale de Valladolid, qui contient la seule copie (anonyme) pour voix du motet In diebus illis, absent des catalogues du compositeur. L’attribution de l’œuvre à Cristóbal de Morales a pu se faire grâce à la version concordante trouvée dans une importante source instrumentale, l’Arte novamente inventada de Gonzalo de Baena, publiée à Lisbonne en 1540, ce qui nous place face à l’une des premières pièces vocales du compositeur. Écrit dans un style imitatif dense qui préfigure ses œuvres ultérieures, ce motet constitue ainsi un ex­emple très représentatif de la composition musicale en Espagne dans le premier tiers du xvie siècle.
Le texte évoque le passage émouvant de la rencontre entre le Christ et Marie de Magdala, la « pécheresse », suite à laquelle cette dernière, repentie de sa vie de plaisirs, implore le pardon du Christ en lui lavant les pieds de ses propres larmes. L’illustration musicale du texte se traduit par la mise en valeur des images évoquées, que ce soit grâce à la rhétorique musicale, savamment exploitée, ou aux techniques particulières de l’écriture polyphonique.
Dans la seconde section, l’éclatement du quatuor dans des ensembles vocaux restreints, généralement de trois voix, confère autant d’exemples de contraste de textures musicales qui le rapprochent de l’écriture franco-flamande « à la Josquin ». La phrase finale de l’­œuvre constitue une apothéose réfléchie qui s’exprime à travers l’utilisation de toutes les voix sans aucune fragmentation vocale et un usage de valeurs de plus en plus longues, avec une fin soigneusement prolongée.
Dans ce motet, les paroles s’accordent à l’idée musicale, suivant en cela le modèle établi par Escobar et Peñalosa, deux compositeurs liés à la cathédrale de Séville dont l’influence sur Morales est claire et perceptible. La proximité d’écriture de ce motet avec ceux des compositeurs franco-flamands contemporains n’écarte donc pas son appartenance à une tradition d’écriture ibérique fortement attachée à la déclamation du texte. Enfin, la complexité et la rigueur du discours de Morales relèvent non seulement de ses talents techniques, mais aussi du degré d’abstraction et de la capacité de description auxquels accède le compositeur dans son traitement du texte musical.

Cristina Diego Pacheco

Nomenclature

ensemble vocal ou chœur À 4 voix (SATB)

© SYMÉTRIE 1999-2016. Reproduction interdite sans accord écrit. Page mise à jour le 31 octobre 2016

SYMÉTRIE édition de livres et de partitions de musique

...