• français
  • English

Les Violons de la musique de la chambre du roi sous Louis XIV

(couverture de Les Violons de la musique de la chambre du roi sous Louis XIV)
  • extraits .pdf (1,3 Mo)
  • livre
  • ISBN 978-2-85357-251-4
  • 17,2 x 23,5 cm (ép. 30 mm)
  • broché (collé)
  • 528 pages
  • 1 000 g
  • éditeur : Société française de musicologie
  • prix public TTC : 39,00 €

Le présent ouvrage se propose de mettre en lumière l’organisation du corps que formaient les violons du Roi, ceux de la Grande et la Petite Bande de la Chambre, ainsi que leur vie privée et professionnelle.
La période du règne de Louis XIV choisie comme cadre chronologique bénéficie de sources d’archives abondantes largement restituées ici. Elle coïncide exactement avec des événements capitaux de l’histoire des violons du Roi : le début de la régence d’Anne d’Autriche voit se former la première organisation complète des Vingt-quatre Violons en association, et, quand le Roi-Soleil s’éteint, les Petits violons formés au temps de Lully, disparaissent. Les nombreuses découvertes de documents inédits dans les minutes notariales parisiennes permettent de comprendre comment se perpétuait le métier, comment s’édifiaient les dynasties de musiciens ou quels étaient les liens entre l’ancienne corporation des joueurs d’instruments et la musique royale. Les contours de leurs activités musicales se dessinent grâce aux musiques qu’ils ont laissées et aux livrets des spectacles de cour auxquels ils ont participé.
Mémoires et journaux du temps proclament la qualité des exécutions données par les violons du Roi. Tous célèbrent à l’envi ces deux corps de musiciens qui recueillaient une admiration unanime, qu’elle vînt du connaisseur ou de l’amateur. Leur renommée franchit le xviie siècle et la place que Voltaire assigne dans Le Siècle de Louis XIV à la Grande Bande reste un signe révélateur de son influence. Les Vingt-quatre Violons du Roi furent une pépinière d’où sortirent de vigoureux talents : les compositeurs Nicolas Clérambault, François Rebel, Jean-Baptiste Sénaillé, Jacques Aubert, les danseurs Pierre Beauchamp, Jean Favier et la cantatrice Mlle Desmatins. À cette influence familiale, il convient d’ajouter à l’actif des violons du Roi leur influence dans l’évolution des formes musicales, notamment dans la transformation de la suite en sonate. Désormais, la musique de chambre s’imposait dans la pratique musicale en France.

© SYMÉTRIE 1999-2017. Reproduction interdite sans accord écrit. Page mise à jour le 8 septembre 2017

SYMÉTRIE édition de livres et de partitions de musique

...