Symphonie no 1

en ré majeur

préface de

Face à l’évolution de la symphonie impulsée par Beethoven au début du xixe siècle, nombreux furent les compositeurs à se détourner de ce genre considérant ses neuf symphonies comme un idéal insurpassable. Les plus audacieux associeront un contenu extra-musical (poème, texte, conte, légende…) pour faire évoluer le genre vers la symphonie à programme (Berlioz, La Symphonie Fantastique en 1830) ou vers le poème symphonique (Liszt, Mazeppa en 1851). Malgré le creux apparent de la production symphonique française entre 1830 et 1860, il faut souligner que la symphonie, bien que subissant un certain désintérêt, n’a pas cessé d’exister. Farrenc, Reber, Bizet et Gounod par exemple sont de ceux à s’être penchés sur le genre symphonique dans l’héritage beethovénien sans pour autant avoir cherché à le développer outre mesure.

Cette Première Symphonie, datant de 1855, semble être l’un des premiers succès consolateurs de Gounod après l’échec de ses deux œuvres lyriques, La Nonne sanglante et Sapho. Sa bonne réception incite d’ailleurs le compositeur à écrire sa Deuxième Symphonie comme il le dit lui- même au travers de ses Mémoires d’un artiste :

« Je me consolai de mon déboire en écrivant une symphonie (no 1, en ) pour la Société des Jeunes artistes, qui venait d’être fondée par Pasdeloup et dont tous les concerts avaient lieu salle Herz, rue de la Victoire. Cette symphonie fut bien accueillie, et cet accueil me décida à en écrire pour la même société, une seconde (no 2, en mi bémol), qui obtint aussi un certain succès. »

Ces deux œuvres montrent des traits similaires comme la découpe traditionnelle en quatre mouvements ou encore l’effectif instrumental. Pour autant, la Première Symphonie ne mérite pas de s’éclipser devant la seconde composée la même année. Elle déploie une qualité mélodique remarquable dans son premier mouvement. Le travail orchestral et l’énergie poignante du compositeur laissent également entrevoir le caractère théâtral qu’il développera dans sa Deuxième Symphonie et ses opéras. Le deuxième mouvement emprunte sans doute son caractère et son inspiration au second mouvement de la Septième Symphonie de Beethoven. Gounod fait preuve ici d’une grande finesse orchestrale et d’une certaine sobriété, proposant même un passage fugué. Le Scherzo, quant à lui, semble puiser son énergie dans de multiples contrastes, somme toute opératiques. Il souligne avec fluidité l’intérêt marqué du compositeur pour le genre dramatique. Le quatrième mouvement, commençant par une introduction dans un tempo plus lent, ne manque pas de dévoiler son infatigable vivacité. Gounod n’hésite d’ailleurs pas à déployer l’intégralité de l’orchestre lorsque nécessaire.

Fidèle au modèle classique et assurément différente de sa sœur, cette Première Symphonie, d’une énergie remarquable, mérite une écoute attentive afin d’en saisir toutes les richesses.

Sébastien Espesson

Sommaire

  • I. Allegro molto
  • II. Allegretto moderato
  • III. Non troppo presto
  • IV. Adagio

Extraits sonores

Nomenclature

2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 2 cors, 2 trompettes, timbales, cordes

Autres formes

(couverture de Symphonie no 1)

Symphonie no 1

en ré majeur
(couverture de Symphonie no 1)

Symphonie no 1

en ré majeur
    (couverture de Symphonie no 1)

    Symphonie no 1

    en ré majeur