Plein de nouveaux moyens de paiement ajoutés : Paypal, iDeal, Sofort, Giropay, virement.

Julian Rushton

Julian Rushton est professeur de musicologie émérite de l’université de Leeds. Il a publié des études historiques et analytiques sur Gluck, Berlioz et Elgar, notamment The Musical Language of Berlioz (1983), Berlioz: Roméo et Juliette (Cambridge Music handbook, 1994), et The Music of Berlioz (2002). Il a édité quatre volumes de la New Berlioz Edition (dont Huit Scènes de Faust ou La Damnation de Faust) et parmi ses derniers travaux, on compte « Oratorium eines Zukunftsmusiker? The Pre-history of L’Enfance du Christ » (Berlioz and Debussy: Sources, Contexts and Legacies. Essays in Honour of François Lesure, 2007), « Berlioz and the Mezzo-Soprano » (Berlioz Scenes from the Life and Work, 2008) et « Editing the Damnation » (Berlioz Society Bulletin, mai 2009). Julian Rushton a été président de la Royal Musical Association (1994-1999) et dirige depuis 1993 l’Editorial Committee of Musica Britannica. Membre correspondant de l’American Musicological Society, il a aussi, en 2007, été nommé au comité scientifique de l’International Musicological Society.

Publications

auteur de

  1. chapitre « Chanter Cléopâtre ou pourquoi Berlioz échoua au prix de Rome en 1829 », p. 465-476.
(couverture de Le Concours du prix de Rome de musique (1803-1968))

Le Concours du prix de Rome de musique (1803-1968)

et (coordination)

auteur de

  1. chapitre « Le Prix de Rome : Berlioz et ses rivaux », p. 15-34.
(couverture de Berlioz, textes et contextes)

Berlioz, textes et contextes

, et (direction scientifique)

Format bibliographique à copier

Rushton, Julian. « Chanter Cléopâtre ou pourquoi Berlioz échoua au prix de Rome en 1829 », traduction de Vincent Giroud, Le Concours du prix de Rome de musique (1803-1968), coordination de Julia Lu et Alexandre Dratwicki, Symétrie, 2011, p. 465-476.
Rushton, Julian. « Le Prix de Rome : Berlioz et ses rivaux », Berlioz, textes et contextes, direction scientifique de Joël-Marie Fauquet, Catherine Massip et Cécile Reynaud, Société française de musicologie, 2011, p. 15-34.