Nicolas Dalayrac (1753-1809)

Nicolas-Marie Dalayrac est né le 8 juin 1753 à Muret (Haute-Garonne) et mort le 26 novembre 1809 à Paris. Issu de la noblesse française, il apprend le violon et le chant dans sa jeunesse avant d’étudier le droit comme le souhaite son père, puis d’entamer une carrière militaire. Il fréquente de nombreux musiciens dans les salons parisiens parmi lesquels le chevalier de Saint‑George (1739-1799) et Honoré Langlé (1741-1807) qui lui donne des cours de composition. Ses premières œuvres sont des duos pour violon ainsi que des trios et quatuors pour cordes. Publiées sous un pseudonyme italien, elles connaissent un certain succès en Europe. Ce n’est qu’en 1783 qu’il abandonne son poste de sous-lieutenant dans la garde personnelle du comte d’Artois à Versailles pour se consacrer pleinement à la musique après le succès de ses premiers opéras, L’Éclipse totale et Le Corsaire.

Dalayrac est perçu comme le successeur d’André-Ernest-Modeste Grétry (1741-1813) qui a beaucoup contribué au développement du genre de l’opéra-comique jusqu’à la Révolution française : il compose pour la Comédie-Italienne des opéras divertissants, spectaculaires et bien construits, mais aussi sen­sibles et raffinés dans l’écriture, avec un choix de livret judicieux proposant souvent une véritable réflexion psychologique ou sociale. Son goût pour les mélodies gracieuses et faciles à retenir, influencées par le vaudeville et le répertoire populaire, plaît au public français amateur de chansons. Une orchestration imaginative et efficace privilégiant les solos d’instruments à vents, une grande maîtrise formelle et l’utilisation de motifs récurrents caractérisent son style. Il est également apprécié pour ses romances, genre musical très populaire pendant la Révolution et l’Empire et qui décline sous la Restauration. La romance est conçue comme une mélo­die simple à couplets, de caractère souvent naïf et sentimental.

Compositeur prolixe et populaire, Dalayrac meurt en 1809 juste après avoir achevé l’écriture de son opéra-comique Le Poète et le Musicien destiné à être créée pour l’anniversaire du sacre de Napoléon Ier. Son œuvre comprend soixante-deux opéras, treize pièces instrumentales, de nombreuses chansons et une pièce de théâtre.

Publications

ouverture
  • extraits .pdf (650 ko)
  • partition pour orchestre
  • matériel
  • 8 min
  • ISMN 979-0-2318-0290-0
  • 21 x 29,7 cm
  • cahier agrafé
  • 2 000 g
  • éditeur : Symétrie
  • prix public TTC : 200,00 €
  • extraits .pdf (650 ko)
  • partition pour orchestre
  • conducteur de lecture au format A4
  • 8 min
  • ISMN 979-0-2318-0289-4
  • 21 x 29,7 cm
  • cahier agrafé
  • 31 pages
  • 120 g
  • éditeur : Symétrie
  • prix public TTC : 20,00 €
ouverture
  • extraits .pdf (650 ko)
  • partition pour orchestre
  • conducteur de direction au format A3
  • 8 min
  • ISMN 979-0-2318-0886-5
  • 42 x 21 cm
  • cahier à spirales
  • 31 pages
  • 250 g
  • éditeur : Symétrie
  • prix public TTC : 50,00 €
comédie en deux actes
  • extraits .pdf (650 ko)
  • partition pour orchestre
  • conducteur et matériel
  • 5 min
  • ISMN 979-0-2318-0242-9
  • 21 x 29,7 cm
  • cahier agrafé
  • 24 pages
  • location
  • éditeur : Symétrie
  • collection et série : série Centre de musique romantique française

Format bibliographique à copier

Dalayrac, Nicolas. Azémia ou Les Sauvages, Symétrie, 2020, 31 p.
Dalayrac, Nicolas. Azémya ou Les Sauvages, ouverture, Symétrie, 2020, 31 p.
Dalayrac, Nicolas. Azémya ou Les Sauvages, ouverture, Symétrie, 2020.
Dalayrac, Nicolas. Ouverture de Renaud d’Ast, comédie en deux actes, Symétrie, 2007, 24 p.

© SYMÉTRIE 1999-2020. Reproduction interdite sans accord écrit. Page mise à jour le 7 septembre 2020

SYMÉTRIE édition de livres et de partitions de musique

...