Frais de port à 0,01 € dès le premier article !

Robert Orledge

Robert Orledge a fait ses études à Clare College, Cambridge, où il a soutenu son doctorat sur Charles Koechlin en 1973. De 1971 à 2004 il a été professeur à l’université de Liverpool, où une chaire a été établie en son honneur en 1991. Il est à présent professeur émérite et Senior Research Fellow à l’université de Liverpool. Outre de nombreux articles sur la musique française entre 1850 et 1950, ses livres sont Gabriel Fauré (Eulenburg 1979), Debussy and the Theatre (CUP 1982, 3/2009), Charles Koechlin: His Life and Works (Harwood Academic Publishers 1989, 2/1995), Satie the Composer (CUP 1990, 3/2008) et Satie Remembered (Faber 1995).

Sa retraite anticipée lui a permis de réaliser son ambition de compléter et d’orchestrer l’opéra de Debussy La Chute de la Maison Usher en 2004, et il a depuis fait de même pour le ballet chinois de Debussy No-ja-li ou Le Palais du Silence (1914) et diverses autres œuvres théâtrale et orchestrales. No-ja-li a été créé à Los Angeles le 8 mai 2006, suivi par La Chute de la Maison Usher au festival de Bregenz le 7 août de la même année, sous la direction de Lawrence Foster. Son édition du texte primitif de Usher, du Diable dans le beffroi et de Le Roi Lear est sortie chez Durand en février 2006 (Œuvres complètes, VI/3) et son édition des orchestrations séparées de Debussy paraîtra dans la même série(V/10) en 2009.

Publications

auteur de

  1. chapitre « L’opéra perdu de Debussy  : La Chute de la maison Usher (1908-1917). Édition et reconstruction d’un chef-d’œuvre macabre », p. 171-192.
(couverture de Aspects de l’opéra français de Meyerbeer à Honegger)

Aspects de l’opéra français de Meyerbeer à Honegger

et (coordination)

Format bibliographique à copier

Orledge, Robert. « L’opéra perdu de Debussy  : La Chute de la maison Usher (1908-1917). Édition et reconstruction d’un chef-d’œuvre macabre », traduction de Vincent Giroud, Aspects de l’opéra français de Meyerbeer à Honegger, coordination de Jean-Christophe Branger et Vincent Giroud, Symétrie, 2009, p. 171-192.