Magnificat du premier ton

du manuscrit 5 de Valladolid


(édition scientifique)

(couverture de Magnificat du premier ton)
  • extraits .pdf (140 ko)
  • partition pour ensemble vocal ou chœur à quatre voix (SATB)
  • 10 min
  • ISMN 979-0-2318-0806-3
  • 21 x 29,7 cm (ép. 3 mm)
  • cahier agrafé
  • 24 pages
  • 85 g
  • éditeur : Symétrie
  • prix public TTC : 13,00 €

Ce magnificat primi toni attribué à Cristóbal de Morales est issu du manuscrit 5 de la cathédrale de Valladolid et ne figure dans aucune édition vocale imprimée à ce jour. Les magnificat de Morales étaient à l’époque ses œuvres les plus célèbres, certains ayant connu pas moins de quinze éditions avant 1600. Ils furent très souvent copiés et circulèrent en Europe ainsi que dans le Nouveau Monde. En 1592, soit presque quarante ans après la mort du compositeur, Zacconi rapportait que les Magnificat de Morales se chantaient encore « dans cent églises ». Au xviiie siècle, le maître de chapelle de Saint-Jean-de-Latran, Girolamo Chiti, les considérait comme « les meilleures œuvres du chœur du pape » et méritaient selon lui « l’éloge universel ». Ces éloges ont très vite attiré l’attention des musicologues qui ont largement étudié ces chefs-d’œuvre de l’écriture polyphonique de la Renaissance.
Écrit pour quatre voix (soprano, alto, ténor et basse – avec un alto plutôt grave), le Magnificat primi toni se présente comme une œuvre parfaitement cohérente d’un point de vue structurel à une époque où l’utilisation du même mode pour toutes les sections n’était pas la règle. La valeur intrinsèque du magnificat dépend en grande partie de l’habileté du compositeur à se servir à la fois du plain-chant suivant le principe du cantus firmus migrans et de développer en même temps tout un ensemble de mélodies complémentaires, parfois adjacentes et parfois sous-jacentes à la mélodie grégorienne de départ. Or la mélodie grégorienne n’est jamais présentée de manière totalement littérale ou explicite et encore moins en valeurs longues aisément repérables : Morales s’amuse donc à la raccourcir, à la retravailler, voire à l’insinuer. De plus, la capacité créative du compositeur n’est point ternie par les répétitions de ces mélodies complémentaires, mais au contraire sort renforcée de ce travail ardu de construction et de reconstruction permanente de motifs. Or, en dépit de cette complexité apparente, les mouvements mélodiques s’inscrivent le plus souvent dans des intervalles conjoints, incluant un trait d’écriture très cher au compositeur, à savoir, l’utilisation de mouvements conjoints ascendants en semi-minimes, surtout à la voix de bassus. Les mélodies créées par Morales permettent donc une interprétation vocale aisée et extrêmement agréable, où les dissonances sont quasiment absentes. C’est sans doute Morales le chanteur qui nous livre ici un chef-d’œuvre vocal.

Cristina Diego Pacheco

Nomenclature

ensemble vocal ou chœur À 4 voix (SATB)

© SYMÉTRIE 1999-2016. Reproduction interdite sans accord écrit. Page mise à jour le 22 mars 2016

SYMÉTRIE édition de livres et de partitions de musique

...