• français
  • English

Carillon intratonal

notice explicative

(couverture de Carillon intratonal)
  • livre
  • ISBN 978-2-940480-04-3
  • 21 x 29,8 cm (ép. 4 mm)
  • cahier agrafé
  • 33 pages
  • 147 g
  • éditeur : Pro Musica
  • prix public TTC : 15,00 €

Depuis 1926 déjà, l’œuvre de Edgar Willems accorde une place prépondérante au mouvement sonore intégral : le pan-chromatisme. On le rencontre constamment dans la nature et les diverses manifestations de la vie. On le reconnaît par exemple dans le chant varié du vent, le cri des animaux, le chant des oiseaux, le pré-langage des petits enfants, les onomatopées, les inflexions et intonations du langage, les litanies, les mélopées, la psalmodie, certaines musiques vocales et instrumentales, le bruit des machines, des moteurs et de la foule.

Aussi, dans sa pédagogie active, Edgar Willems préconise-t-il l’utilisation de la voix humaine, et de certains instruments, notamment la flûte à coulisse et la sirène, dans le but de faire vivre les phénomènes du pur mouvement sonore. Aussi bien chez l’enfant que chez l’adulte, il s’agit là de l’une des bases les plus essentielles, quoique longtemps ignorée, d’un développement auditif sensoriel ouvert sur l’univers acoustique dans lequel nous baignons.

Depuis 1926, Edgar Willems a expérimenté et enseigné l’écoute et le chant dans l’espace qu’il a nommé « intratonal » : « Je nomme ainsi l’écart auditif entre deux sons à distance d’un ton. Il s’agit donc de l’infiniment petit à l’échelle pan-chromatique des sons (succession ininterrompue dans l’échelle des vibrations sonores). Ce travail auditif est donc basé sur le pouvoir séparateur de l’oreille. Tout comme une personne voit toutes les feuilles d’un arbre, là où une autre ne voit qu’une masse verte, ainsi un individu entend distinctement les notes d’un accord là où un autre perçoit la masse des sons en bloc. Dans un ordre plus subtil, certaines personnes distinguent de nombreuses nuances de couleurs, par exemple entre le rouge et l’orange, là où d’autres n’en voient que deux ou trois. Ainsi, une fine oreille perçoit la différence des centièmes de tons, là où une oreille moins développée ne perçoit que les huitièmes de ton, par exemple. »

Cette notice récapitule l’histoire de cet instrument, sa structure, et l’utilisation pédagogique qui peut en être faite.

Ce cahier contient le texte à la fois en français, en anglais et en espagnol.

© SYMÉTRIE 1999-2016. Reproduction interdite sans accord écrit. Page mise à jour le 13 septembre 2016

SYMÉTRIE édition de livres et de partitions de musique

...