Symphonie n° 1

en sol mineur

(couverture de Symphonie n° 1)
  • extraits .pdf (530 ko)
  • partition pour orchestre
  • conducteur
  • 25 min
  • ISMN 979-0-2318-0429-4
  • 21 x 29,7 cm (ép. 5 mm)
  • cahier agrafé
  • 92 pages
  • 245 g
  • éditeur : Symétrie
  • prix public TTC : 40,00 €

Méhul est peut-être, sous la Révolution, le Consulat et l’Empire, le seul compositeur français d’envergure à avoir parfaitement compris et assimilé les dernières perfections de la musique de son temps. Formé par un Allemand, puis par un Alsacien, il s’est donné pour but, lors de la composition de ses symphonies, de montrer « qu’un Français peut suivre de loin Haydn et Mozart ». Haydn reste le grand modèle de Méhul ; franc-maçon, celui-ci était membre du Concert de la Loge olympique qui commanda au maître viennois, si populaire alors en France, ses six Symphonies parisiennes. En 1807, au sommet de son art, Méhul a su assurer, au service de l’opéra comique, la réciproque fertilisation des musiques allemande et française et de son propre génie orchestral. La découverte des deux premières symphonies de Beethoven constitue alors le choc qui le conduira, en l’espace de trois années, à composer ses cinq symphonies.

La première symphonie, en sol mineur, frappe d’­emblée par ce double constat : sa maîtrise formelle tout d’abord, et l’économie des moyens mis en œuvre, remarquable chez un compositeur qu’on disait bruyant (absence des trompettes, des trombones, utilisation rare des timbales), au service d’une force expressive évidente. Le premier mouvement est un allegro de forme sonate bithématique ; le premier thème, qui laisse la part belle aux grands intervalles dramatiques et aux arpèges, contient, dans une formule d’accompagnement des basses, le matériau de base (une levée sur un tétracorde ascendant) du deuxième thème, exposé en si bémol majeur. Après le développement, c’est curieusement ce deuxième thème qui sera réexposé le premier, en sol majeur ; procédé d’inversion, fréquent chez Méhul, qui permet au mouvement de se clore avec toute la force dramatique du premier thème. Le deuxième mouvement est un andante dont les variations contrastées montrent tout ce que Méhul doit à Haydn.

Schumann, en 1838, dira de cette symphonie : « la ressemblance du dernier mouvement avec le premier de la Symphonie en do mineur de Beethoven et des scher­zos de ces deux symphonies est remarquable ». La cinquième de Beethoven et la première de Méhul ne doivent en fait rien l’une à l’autre, ayant été composées à peu près en même temps ; si le menuet de la sympho­nie de Méhul (dont la première partie est confiée aux seuls pizzicatos des cordes) est un scherzo d’esprit très beethovenien, il n’est guère dans la lettre de la cinquième symphonie. En revanche, on comprend mieux comment le thème principal du quatrième mouvement (allegro agitato), avec sa levée de trois croches répétées, a pu frapper Schumann. Ce thème est un moto perpetuo, avec une broderie de la dominante caractéristique du style de Méhul. Le deuxième thème, plus mélodique, par sa brièveté et sa répétitivité conserve la tension dramatique qui parcourt le mouvement entier jusqu’à sa fin.

François Bernard

Sommaire

  • I. Allegro
  • II. Andante
  • III. Allegro moderato
  • IV. Allegro agitato

Extraits sonores

disqueUn enregistrement sur disque compact de la Symphonie no 1 est disponible sous le label BNL.

Panorama de presse

Jouer les symphonies de Méhul relevait, jusqu’à une époque récente, du parcours du combattant. On ne disposait que de matériels anciens, reproduits dans des conditions précaires, souvent difficiles à lire et bourrés de fautes. […] Les choses changent enfin avec notamment une nouvelle édition Urtext de la Symphonie n° 1 de Méhul établie par François Bernard chez Symétrie.

Alain Pâris, La Lettre du musicien

Sa magnifique première symphonie notamment, composée dans les années 1808 et 1809, autant brillante qu’originale, perpétue avec brio la tradition de qualité de la musique symphonique française créée par François-Joseph Gossec, comme le feront plus tard Hector Berlioz, César Franck, Camille Saint-Saëns et Ernest Chausson.

Opus 31

Nomenclature

2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 2 cors, timbales, cordes

(couverture de Symphonie n° 1)

Symphonie n° 1

en sol mineur
  • extraits .pdf (530 ko)
  • partition pour orchestre
  • conducteur
  • 25 min
  • ISMN 979-0-2318-0429-4
  • 21 x 29,7 cm (ép. 5 mm)
  • cahier agrafé
  • 92 pages
  • 245 g
  • éditeur : Symétrie
  • prix public TTC : 40,00 €
(couverture de Symphonie n° 1)

Symphonie n° 1

en sol mineur
  • extraits .pdf (530 ko)
  • partition pour orchestre
  • conducteur et matériel
  • 25 min
  • ISMN 979-0-2318-0430-0
  • 21 x 29,7 cm (ép. 5 mm)
  • cahier agrafé
  • 92 pages
  • 245 g
  • location
  • éditeur : Symétrie

© SYMÉTRIE 1999-2016. Reproduction interdite sans accord écrit. Page mise à jour le 9 novembre 2016

SYMÉTRIE édition de livres et de partitions de musique

...