• français
  • English

André Hodeir

le jazz et son double

préface de
Martial Solal

(couverture de André Hodeir)
  • extraits .pdf (5,2 Mo)
  • livre
  • ISBN 978-2-36485-028-6
  • 17 x 24 cm (ép. 49 mm)
  • cousu broché
  • 740 pages
  • 1 455 g
  • éditeur : Symétrie
  • collection et série : Symétrie Recherche, série 20-21
  • prix public TTC : 70,00 €
  • Cet ouvrage est publié avec le soutien de la Fondation Francis et Mica Salabert, de la SACEM au titre de la Bourse des muses et du laboratoire Sciences et Technologies de la Musique et du Son (Ircam-CNRS-UPMC, UMR 9912).

André Hodeir (1921-2011) est une figure multiple et paradoxale : élève au Conservatoire de Paris et violoniste au Hot Club de France, stagiaire chez Pierre Schaeffer et compositeur de musiques de films, homme de radio au Club d’Essai et de presse à la tête de la revue Jazz hot, simultanément auteur du célèbre essai Hommes et problèmes du jazz et d’un «  Que sais-je ?  » sur La Musique étrangère contemporaine, admirant d’un même élan Thelonious Monk et Jean Barraqué. En surplomb pourtant de tous ces visages, André Hodeir était d’abord un compositeur. Fondateur du Jazz Groupe de Paris, compagnon de route de Martial Solal, auteur de partitions essentielles telles que Jazz cantata ou Anna Livia Plurabelle (d’après James Joyce), Hodeir laisse derrière lui une œuvre musicale importante et singulière : « Une sorte d’autre jazz possible, un jazz imaginaire, fragile édifice rêvé un instant hors de l’histoire réelle », comme l’écrivit un critique au seuil des années 1980. Un double du jazz, en somme, dont ce livre retrace aussi bien les fondements que les réalisations.
Pierre Fargeton offre tout à la fois une biographie méticuleuse, une discussion des soubassements théoriques et une analyse fouillée des œuvres mettant en lumière des concepts musicaux originaux. Si Hodeir est souvent cité comme « passeur » entre deux cultures musicales qui coexistaient dans la France d’après-guerre (le jazz et la musique contemporaine), ce sont ici la singularité et la diversité de son invention qui éclairent d’un jour nouveau de larges pans de l’­histoire de la musique, du sérialisme à l’appropriation française du jazz américain en passant par le développement de la figure du compositeur-écrivain, sur une période allant des années 1940 aux années 1980.

Erratum

Une erreur de pagination s’est glissée dans la Table des matières du livre. Vous la trouverez rectifiée ci-dessous ainsi que dans les extraits au format pdf.

Panorama de presse

Tout ça pour dire combien j’ai été porté par le livre de Fargeton. Tout fait sens et tout est élégamment dit au profit d’une grande clarté. Aussi, de la partie biographique aux deux parties théoriques […] ai-je pris avec Fargeton un de mes plus grands plaisirs de lecture de ces dernières années, tous genres confondus.

Franck Bergerot, Jazzmagazine.com

Un livre passionnant sur André Hodeir préfacé par Martial Solal vient de paraître aux Éditions Symétrie. Son auteur Pierre Fargeton a eu accès aux archives du compositeur et s’est livré à des entretiens avec lui. […] “André Hodeir le jazz et son double” est indispensable pour qui veut comprendre la musique d’un immense compositeur, l’un des rares musiciens français à laisser une œuvre profondément originale et qui est aujourd’hui trop peu joué et par trop oublié.

Pierre de Chocqueuse, Blog de choc

La vie d’André Hodeir devient alors un roman. Celui d’une âme sidérée par Charlie Parker, fricotant dans la foulée avec le gotha du jazz français avant que les paramètres de son époque ne le condamnent à la marginalité. “Il faut agrandir le jazz pour ne pas avoir à en sortir”, écrivait André Hodeir.

Laurent Sapir, TSF Jazz

Sommaire

  • Préface
    p. 3-5

    Martial Solal

  • Vies multiples d’André Hodeir
    p. 7-272
  • Les années de jeunesse (1922-1942)
    p. 9-22
  • La période de « bilinguisme » (1942-1954)
    p. 23-98
  • La folle décennie (1954-1964)
    p. 99-184
  • La maturité (1964-1972)
    p. 185-244
  • Retrait, reconversions et redécouvertes (1973-2011)
    p. 245-262
  • Interlude. Le Jazz comme œuvre composée
    p. 263-272
  • Techniques du langage musical d’André Hodeir
    p. 273-438
  • Préambule
    p. 275-278
  • «  Chercher le relief  »  : le timbre et l’espace sonore
    p. 279-346
  • Texture et contrepoint
    p. 347-434
  • Conclusion
    p. 435-438
  • Penser la forme selon André Hodeir
    p. 439-444
  • Préambule
    p. 441-444
  • Vers une plus grande fluidité structurelle
    p. 444-476
  • Le principe de Variation
    p. 477-510
  • Ubiquité de la texture
    p. 511-552
  • Un levier original : l’improvisation simulée
    p. 553-586
  • L’ouverture onirique
    p. 587-644
  • Conclusion
    p. 645-648
  • Coda
    p. 649-660
  • Annexes
    p. 661-768
  • Bibliographie d’André Hodeir
    p. 663-686
  • Recensions et études concernant les ouvrages et la musique d’André Hodeir
    p. 687-700
  • Séances d’enregistrement, émissions et concerts. Discographie
    p. 701-728
  • Filmographie
    p. 729-736
  • Index des œuvres d’André Hodeir
    p. 737-740
  • Index des œuvres
    p. 741-746
  • Index des personnes
    p. 747-768

© SYMÉTRIE 1999-2017. Reproduction interdite sans accord écrit. Page mise à jour le 19 septembre 2017

SYMÉTRIE édition de livres et de partitions de musique

...