Richard Wagner et sa réception en France

La Belle Époque (1893-1914)

Nous avons consacré les deux premiers volumes de notre étude, intitulée Du ressentiment à l’enthousiasme, aux aventures et mésaventures parisiennes et françaises de la musique de Wagner, au cours de la première décennie suivant la mort du compositeur.

La création parisienne – et, en même temps, française, de La Walkyrie, ce second épisode de «  la belle époque wagnérienne », eut lieu le 12 mai 1893. Dans les années suivantes, tous les autres grands ouvrages du maître allemand furent montés à Paris. Pour assister à des représentations wagnériennes, les Parisiens ne furent plus obligés de se déplacer, on les leur proposa « sur place », dans des mises en scène et des distributions souvent remarquables. Et, de plus en plus émerveillés, de plus en plus séduits par la musique, par l’art du grand réformateur du théâtre lyrique, ils répondirent massivement à ces invitations. En conséquence, les œuvres de Wagner constituèrent bientôt la part indispensable du répertoire de l’Opéra, sans laquelle la prospérité de celui-ci à la Belle Époque eût été inimaginable.

Dans cette troisième partie de notre cycle, nous proposons à nos lecteurs surtout une chronique – abondamment documentée – de très nombreuses représentations parisiennes (et françaises) des œuvres de Richard Wagner à la Belle Époque. Car un tournant important dans la réception de Wagner à Paris, et, plus largement, en France, se produisit, en 1891 : on ne se contenta plus d’écrire sur lui, sur son art, sur ses œuvres, de les interpréter, bien ou mal, par la plume – on se mit à les exécuter, à les monter, à les interpréter orchestralement et vocalement. Grâce aux directeurs de théâtres, chefs d’­orchestres, metteurs en scène, chanteurs, les opéras et les drames lyriques de Wagner cessèrent d’être un fruit interdit ou accessible seulement à une certaine élite, et l’engouement pour Wagner en France put enfin se répandre.

Préface de Pascal Bouteldja, président du Cercle Wagner-Lyon.

Sommaire

  • Préface de M. Pascal Bouteldja, président du Cercle Richard Wagner — Lyon||1
  • Introduction||5
  • La Chevauchée de la Walkyrie||9
  • « Tannhäuser » redivivus ou les repentis du Palais Garnier||61
  • « Les Maîtres chanteurs » de Lyon et ceux de Paris||109
  • Les adieux de Charles Lamoureux||159
  • Les années de Siegfried||207
  • Les amants au Palais Garnier||253
  • Les « années de vaches maigres » à la fin du privilège||301
  • De nouveaux élans aux temps troubles||317
  • Les anneaux parisiens||363
  • L’année de Parsifal « libéré »||415
  • Épilogue – La fin de l’Époque||465
  • Liste des représentations prises en considération dans ce livre||467
  • Index des œuvres de Richard Wagner||481
  • Index des œuvres||483
  • Index des personnes||487
  • Bibliographie exhaustive (mise à disposition des lecteurs sous forme de fichier numérique)

Panorama de presse

Au total, un livre passionnant, certes dédié aux fous d’opéras mais pas que, car en creux il étudie une société en pleine évolution, avide de nouveautés et qui devra passer sur les plaies béantes de la Grande Guerre pour, longtemps après, revenir applaudir les ouvrages éternels et universels du Magicien de Bayreuth.

Robert Pénavayre, Culture31