Sonate en mi majeur op. 46, n° 3


(édition scientifique)

(couverture de Sonate en mi majeur op. 46, n° 3)
  • extraits .pdf (210 ko)
  • partition pour piano
  • ISMN 979-0-2318-0828-5
  • 21 x 29,7 cm (ép. 5 mm)
  • cahier agrafé
  • 32 pages
  • 95 g
  • éditeur : Symétrie
  • prix public TTC : 22,00 €

Cette édition de la Sonate en mi majeur op. 46, no 3 se fonde sur celle des Trois Sonates pour le Pianoforte publiée en 1804 par Breitkopf & Härtel. Hormis le troisième mouvement de la deuxième sonate, que l’on trouve dans divers recueils de musique pour piano, ces sonates ne furent jamais rééditées. Nous n’avions jusqu’alors, malgré de nombreuses recherches, trouvé aucun exemplaire de cette édition Breitkopf & Härtel et, aucun manuscrit n’étant parvenu jusqu’à nous, l’œuvre nous semblait définitivement perdue avant que, indépendamment et presque simultanément, Herbert Schneider et Henrik Löwenmark nous informent qu’un exemplaire de l’édition de 1804 était conservé au conservatoire royal de musique de Bruxelles.

Malgré leur numéro d’opus et la date de publication par Breitkopf & Härtel, les trois sonates de ce recueil furent très probablement composées au milieu des années 1790. Leur style les place en effet avant les trois Grandes Sonates de 1803-1804, alors même que Reicha résidait encore à Hambourg. Il semble probable qu’il s’agisse des « trois sonates pour pianoforte solo » que le compositeur mentionne dans une lettre adressée en 1797 à la maison d’édition Artaria. Composées alors que Reicha avait environ 25 ans, ces trois sonates op. 46 sont relativement courtes et toutes structurées en trois mouvements (vif-lent-vif). Elles développent un style d’écriture proche de celui des dernières sonates pour piano de Haydn, compositeur que Reicha admirait particulièrement.

Bien que l’influence du classicisme viennois soit ici évidente, on trouve déjà dans cet opus toutes les techniques personnelles que le compositeur développera dans ses œuvres ultérieures, comme le remarque Henrik Löwenmark : « [Ces sonates contiennent] de nombreux détails très typiques de Reicha, révélateurs des rouages d’un esprit vraiment différent : des textures originales, des déviations harmoniques surprenantes, des ruptures abruptes dans la séquence de la musique, des changements de direction rapides et sans préparation. »

Et le pianiste suédois de poursuivre : « Reicha suit à la fois les traces de ses précurseurs tout en jouant avec la tradition de manière délibérée et individuelle, comme s’il voulait démontrer que les choses peuvent se faire autrement – il n’était pas un simple épigone et ses œuvres portent toujours l’impression unique de sa personnalité. »

Michael Bulley

II existe plus de cent œuvres gravées de la composition de Reicha sans compter un grand nombre d’autres, encore manuscrites, et parmi lesquelles plusieurs sont pour l’art de la plus haute importance.

Hector Berlioz, Journal des débats, 3 juillet 1836

disqueUn enregistrement de la Sonate en mi majeur op. 46, no 3 d’Antoine Reicha par le pianiste Henrik Löwenmark est disponible sur le label Toccata Classics

© SYMÉTRIE 1999-2016. Reproduction interdite sans accord écrit. Page mise à jour le 3 novembre 2016

SYMÉTRIE édition de livres et de partitions de musique

...