Litanies de la Sainte Vierge

Notre-Dame de Foi (Nord)

César Franck (1822-1890)
et (direction scientifique)
François Bertrand (édition scientifique)

(couverture de Litanies de la Sainte Vierge)
  • extraits .pdf (35 ko)
  • partition pour chœur (SATB) et orgue ou harmonium
  • 2 min
  • ISMN 979-0-2318-0798-1
  • 21 x 29,7 cm (ép. 2 mm)
  • cahier agrafé
  • 7 pages
  • 55 g
  • éditeur : Symétrie
  • prix public TTC : 5,00 €
  • Publié avec le concours du département de Musique et Musicologie de l’UFR ALL – Metz de l’Université de Lorraine, master «  Édition musicale et musicologie  »

Deux mots résument César Franck (1822-1890)­, compositeur souvent targué de musicien d’église : chrétien et romantique. Aujourd’hui connu pour sa musique sympho­nique et ses pièces d’orgue, Franck a produit aussi un grand nombre d’œuvres de musique sacrée, dominées par les monumentales Béatitudes.

La présente litanie est une composition tardive alors que Franck produit sensiblement moins de musique religieuse. En revanche, elle rejoint d’autres pièces (cantiques, hymnes, etc.) également dévolues à la Vierge et forme un pendant avec le motet Domine non secundum, publié à la même époque dans un recueil « humblement dédié à notre saint père le pape » Léon XIII.

La litanie, qui reflète parfaitement la concision que Franck avait été contraint d’adopter pour sa production liturgique, se divise en deux parties : la première évolue à voix égales sur un traditionnel Kyrie introductif, en mi bémol majeur et très aérien, tandis que la seconde, centrée sur la Vierge (Sancta Maria) et plus implorante, fait alterner les sopranos avec le reste du chœur dans le ton homonyme de mi bémol mineur. Les quatre mesures conclusives retournent cependant au ton initial qui adoucit la ligne chromatique descendante des sopranos.

Dans le recueil de l’abbé Grivet, les litanies de Franck portent le titre « N.-D. DE FOI (Nord) » probablement en souvenir d’un voyage que le compositeur effectua en mars 1888 et au cours duquel il inaugura, le 13, le grand orgue Merklin de l’église de Saint-Vaast de Béthune avant de se rendre à Liège pour un concert entièrement consacré à ses œuvres quelques jours après. Dans l’intervalle, il passa peut-être par l’église de Bailleul où se trouvait une vierge à l’enfant dite Notre-Dame de Foy (ou Foi), statue protectrice des foyers faisant l’objet d’une forte dévotion.

François Bertrand,
sous la direction scientifique de Jean-Christophe Branger et Nicolas Moron

Nomenclature

chœur (SATB) et orgue ou harmonium

© SYMÉTRIE 1999-2017. Reproduction interdite sans accord écrit. Page mise à jour le 9 novembre 2016

SYMÉTRIE édition de livres et de partitions de musique

...