Trois Motets

Panis angelicus ; Ave Maria ; Ave verum

préface de

(couverture de Trois Motets)
  • extraits .pdf (170 ko)
  • partition pour voix haute, orgue ou harmonium (et violon)
  • 11 min
  • ISMN 979-0-2318-0820-9
  • 21 x 29,7 cm (ép. 2 mm)
  • cahier agrafé
  • 17 pages
  • 75 g
  • éditeur : Symétrie
  • prix public TTC : 15,00 €

Jean Cras (1879-1932) était un fervent catholique : difficile de l’imaginer autrement pour un homme de cette origine et de ce milieu. Pratiquant, il l’était, tout comme l’était sa famille, puis comme le furent sa femme et enfin ses enfants, dans la stricte obédience romaine. La volumineuse correspondance entretenue avec ses parents et surtout avec son épouse – ayons en mémoire que c’était, pour cet officier de la Marine, l’unique moyen de correspondre avec des êtres chers, mais éloignés pour de longues semaines – nous renseigne avec précision sur la manière dont il vivait profondément sa foi chrétienne, et notamment sur l’importance qu’il accordait aux sacrements de l’Église. Il ne faut donc pas s’étonner si cette foi trouve sa traduction dans le catalogue de ses œuvres ; mais de façon bien limitée, peut-être simplement parce que la majorité de ses ouvrages relevait – pour lui, et jusqu’à son opéra Polyphème – de l’intervention du divin, sans qu’il lui fût nécessaire de verser dans le « religieux ». Il nous laisse une Messe à quatre voix a capella – et faisant suite à une autre messe de prime jeunesse –, quelques cantiques et pièces pour orgue, et les trois petits motets du présent cahier.
Il est vrai qu’ils sont de la même veine, bien qu’espacés dans le temps, et trouvent leur point de départ dans l’habitude naturelle pour Cras d’écrire pour l’une de ses sœurs aînées, Gabrielle, soprano émérite qui créa nombre de ses mélodies. Si rien n’éclaire l’origine du Panis angelicus, écrit à l’âge de vingt ans, avant sa ren­contre décisive avec Duparc – sinon que la page est dédiée à Gabrielle –, la correspondance nous en apprend un peu plus sur les deux autres motets.
En juin 1905, il écrit à son épouse : « J’ai mis à moitié sur pied un Ave Maria avec partie concertante de violon qui pourrait être très bien si je le termine comme je veux. » L’œuvre nous est bien parvenue, mais sans le violon obligé. A-t-il écrit une version ultérieure écartant l’archet ? C’est ce qui semble ressortir des seuls manuscrits existants, datés du 27 août 1910, et ne comportant que la voix (élevée ou moyenne) et l’orgue ou l’harmonium.
On en sait plus sur l’Ave verum. D’abord par une lettre du 27 novembre 1905 : « J’étais seul à bord ce soir. J’ai travaillé à l’Ave verum corpus dont je t’ai parlé. Je n’aurai pas complètement terminé pour jeudi ; mais je te l’apporterai quand même. Il est écrit pour orgue, violon et chant. » Cette fois, pas de doute : le violon est là dès le départ et y restera jusqu’au manuscrit définitif daté du 16 décembre de la même année. La famille devait tenir à cette prière puisqu’elle fit partie du décorum musical du mariage de Charles Cras, le frère aîné de Jean. Le compositeur était-il à l’orgue ? Sans doute, tout comme l’une de ses autres sœurs, Amélie, qui tenait certainement l’archet. En tout cas, on sait qui chantait : « Le mariage [s’est] très bien passé. Grand discours d’un vieux prêtre […]. Musique bien. Gabrielle a eu très chaud au début de l’Ave verum, mais on ne s’en est pas aperçu. »

Stéphane Topakian

Extraits sonores

disqueUn enregistrement sur disque compact des Trois Motets (Panis angelicus, Ave Maria et Ave verum) est disponible sous le label Timpani

Nomenclature

voix haute, orgue ou harmonium (et violon)

© SYMÉTRIE 1999-2016. Reproduction interdite sans accord écrit. Page mise à jour le 7 novembre 2016

SYMÉTRIE édition de livres et de partitions de musique

...