Nous restons ouverts et servons vos commandes en toute sécurité !

Sonate pour deux violoncelles

« The Battle of Agincourt »


Nicolas Bacri (édition scientifique)

Cette Sonate a d’abord été conçue (en 1995) pour violoncelle seul. Elle s’est rapidement révélée injouable sous cette forme. En 1996, elle a été repensée entièrement pour deux violoncelles. Il ne s’est pas agi alors d’une simple transcription, mais d’une véritable re-composition.

L’œuvre adopte un plan traditionnel en quatre mouvements : un premier mouvement introductif, dont le déroulement libre – et semblant improvisé – l’apparente à une forme fantaisie, que suivent un scherzo, un adagio et un final à variations.

Le sous-titre « The Battle of Agincourt » / « La Bataille d’Azincourt » (les Anglais disent « Agincourt » et non « Azincourt ») lui vient de ce que l’on entend à deux reprises en son sein le thème d’un chant profane (The Agincourt Tune, datant de 1415, l’année même de la bataille), qui a servi par la suite de base à un hymne religieux anglican. Ces deux citations sont d’un esprit fort différent l’une de l’autre. La première, qui hante le premier mouvement telle une apparition, est en valeurs longues ; la seconde, qui sert de thème aux variations du final, est en valeurs brèves, adoptant l’allure d’une sicilienne. Elles forment toutefois comme une grande arche au-dessus de la Sonate tout entière, renforçant à la fois son unité structurelle et son caractère de vaste méditation sur la guerre et sur la mort.

Olivier Greif

Sommaire

  • I. Molto lento, quasi cadenza
  • II. Chaconne
  • III. Shtil, di nacht is ojsgesternt
  • IV. Rondeau de la « Belle dame sans merci »

Extraits sonores

disque
Un enregistrement sur disque compact de la Sonate pour deux violoncelles est disponible sous le label Zig-zag territoires.

Molto lento, quasi cadenza

Chaconne

Shtil, di nacht is ojsgesternt

Rondeau de la « Belle dame sans merci »