Soldes hiver 2022 : -25 % sur une sélection de publications
voir la liste des articles en promotion

Le Concert Giraud

Le Concert est une œuvre musicale pour un chanteur contreténor et quatre instruments : théorbe, clavecin, violon baroque et basse de viole, composée d’après Le Concert ou Les Musiciens, (en italien Concerto di giovani). Ce tableau du Caravage fut peint vers 1595 à la demande de son protecteur, le cardinal Francesco Maria del Monte. Quatre personnages y sont représentés : un joueur de luth qui accorde son instrument, un joueur de chalumeau, qui pourrait bien être un autoportrait du Caravage lui-même, un violoniste de dos regardant sa partition et un Cupidon, dieu de l’amour ailé tenant une grappe de raisin, peut-être le portrait de Mario Minniti, ami très proche du Caravage et qui a servi de modèle pour d’autres tableaux. Un violon et une partition sont posés au premier plan, sur le bord inférieur. Ce rapprochement entre musique et amour est traité picturalement par le détail des bouches entrouvertes, des yeux humides et des corps vêtus de toges aux drapés peints avec soin, laissant voir bras et jambes à la peau nacrée, mis en valeur par un grand tissu rouge vif qui en accentue les contrastes. Il se dégage de ce groupe une sensualité prenante, irrésistible. Destiné aux appartements privés du cardinal, Le Concert est très évocateur des goûts de ce riche prélat qui aimait à s’entourer de jeunes artistes et dont le palais regorgeait d’œuvres d’art, de partitions et d’instruments ainsi que de livres savants. Le texte de cette pièce se veut à la fois représentatif de la situation concrète dans laquelle se trouve Le Caravage au moment de cette commande et illustratif de son caractère impétueux, voire ombrageux, – on sait, notamment, qu’il s’est rendu coupable d’au moins un meurtre qui lui a valu une condamnation à mort et la fuite en exil, avant de décéder de cause inconnue à l’âge de 38 ans. Les sonorités de cette pièce musicale achevée en mars 2018, de par le choix des instruments utilisés, sont celles de la fin du xvieème siècle en Italie. Elles auraient pu, en quelque sorte, sortir de ce tableau au moment où les musiciens se seraient mis à jouer, en prenant la basse de viole, le théorbe et le clavecin pour toile de fond, telle la basse continue qui apparait dans l’histoire de la musique à peu près à cette époque. Le langage musical, quant à lui, refuse toute idée de pastiche et se met à distance de cette période, en la commentant avec des moyens personnels.

Nomenclature

luth, théorbe, clavecin, contreténor, violon baroque & basse de viole