• français
  • English

Léo, un portrait en musique

(couverture de Léo, un portrait en musique)
  • extraits .pdf (91 ko)
  • partition pour récitant et quintette à vent
  • conducteur et parties séparées
  • ISMN 979-0-56033-016-7
  • 29,7 x 21 cm (ép. 5 mm)
  • cahier à spirales
  • 428 g
  • éditeur : Tsipka Dripka
  • prix public TTC : 45,00 €

L’origine de Léo, un portrait en musique pour récitant et quintette à vent, tient à un faisceau d’amitiés croisées.

Celle qui lie Antony Marchutz – le fils du peintre et clarinettiste – avec Daniel Paloyan, également clarinettiste et membre du Quintette de Marseille et celle qui unit les familles Marchutz et Dupin depuis trois générations.

Dans les années 1960 à Aix, mes parents deviennent amis de Barbara et Léo. De cette période je garde de nombreux souvenirs d’enfance. J’ai ainsi particulièrement en mémoire la voix grave de Léo (les tessitures graves des instruments ne sont pas sans rapport avec son timbre de voix).

Plus tard, je rencontre Antony, qui rentre auréolé de son diplôme de clarinette de Vienne et le retrouve à Paris pendant mes études. Ce lien se prolonge lors de nos multiples aventures musicales – ah ! les trios de Max Bruch – et institutionnelles. Encore plus tard, je partage avec Sandra, sa fille, un bout de chemin professionnel heureux. Et toujours, pendant ce temps, les belles lithographies de Léo m’accompagnent dans chacun de mes multiples déménagements…

C’est ainsi Antony qui est à la source de ce projet dont nous commençons à parler dès 2012-2013. Honoré et touché par sa proposition, j’accepte tout de suite l’idée de composer pour Léo. L’idée me vient d’utiliser quelques-uns des magnifiques textes de Léo Marchutz sur l’art et de choisir quelques lettres de sa correspondance et les faire dire par un comédien.

Guidé par Antony, je travaille à l’élaboration d’un montage de textes. Exercice particulièrement ardu, face à tant de merveilles et de choix difficiles à faire, et donc de renoncements.

Cette plongée dans l’univers de Léo se révèle pour moi aussi passionnante qu’émouvante. La richesse et la beauté des textes sur la peinture en général, mais également sur Cézanne et l’acte de création, reste saisissante et donne à réfléchir à tout moment. Par ailleurs, ce retour dans l’Aix de mon enfance fait revivre de nombreux personnages insolites aux vies incroyables, bien peu de temps après la guerre.

C’est finalement le jeu des contrastes entre les textes de Léo qui me guidera dans la forme de ce concert-lecture. Au fil du travail, il m’apparaît important de ne pas aller vers un propos trop didactique sur la peinture. L’idée est plutôt d’assumer une certaine subjectivité un peu comme si je composais la musique d’un film documentaire sur Léo. Et également de traduire l’humanisme, la gentillesse et l’humour du personnage.

Je tiens à remercier le Quintette à Vent de Marseille – commanditaire de la pièce – et Antony Marschutz.

P.S. : Trois générations, trois façons d’orthographier le nom : Carl Marschütz, Léo Marchutz, Antony Marschutz… Les aléas des origines et des voyages !

Marc-Olivier Dupin

Commande du Quintette à vent de Marseille (version de concours)

Nomenclature

récitant, quintette à vent

© SYMÉTRIE 1999-2016. Reproduction interdite sans accord écrit. Page mise à jour le 28 septembre 2015

SYMÉTRIE édition de livres et de partitions de musique

...