Aux sources vives de l’enfance

Les mélodies de Guy Sacre

Présentation

Compositeur français, né en 1948, Guy Sacre n’appartient à aucune école et ne suit aucune mode. Son attachement indéfectible à la tonalité ne lui enlève ni sa liberté, ni sa désinvolture, aiguisé qu’il est par son goût pour la bitonalité et les échelles modales. Sa musique, d’une grande économie de temps et d’espace, joue sur le paradoxe entre un mélodisme simple, apparenté à l’univers de la comptine, et une écriture harmonique élaborée, inventive, éminemment personnelle.


Guy Sacre cultive tout autant la musique que la littérature et la poésie, et apparaît, selon l’angle d’approche, tout à la fois comme un compositeur, un écrivain et un poète, sans que l’on puisse déterminer quelle est la part prépondérante. Cette publication, la première à paraître sur le compositeur, s’intéresse plus particulièrement à son œuvre pour chant et piano, tout un monde où se rencontrent, avec ardeur et tendresse, musique et poésie.

Les qualités dominantes de la musique vocale de Guy Sacre sont sa sobriété mélodique, son extrême raffinement harmonique, sa concision formelle et son économie de moyens. L’étude de ses mélodies révèle une attention extrême à la construction strophique des poèmes, au poids des mots, à leur sonorité propre, leur accentuation, comme aux images qui orientent chaque composition dans le sens de la vérité émotionnelle. Chaque recueil de mélodies parvient ainsi à créer une couleur spécifique, la musique de Fargue toute différente de celle de Verlaine ou de celle de Rilke.

Ce livre tente d’ouvrir quelques portes pour aider le lecteur à pénétrer au cœur de cette musique rare, d’une grande unicité, où dominent comme une force de gravité les sentiments de regret, de nostalgie, de douleur, souvent dissimulés derrière un masque, atténués par une suprême délicatesse.

Au centre de l’ouvrage, chaque mélodie est présentée dans sa chronologie, analysée, parfois avec minutie, pour mettre en valeur les qualités de l’écriture comme pour souligner les relations subtiles, toujours renouvelées, entre poésie et musique. Aux sources vives de l’enfance est aussi un portrait de Guy Sacre, et nous invite à découvrir et apprécier toute la singularité de son écriture, de son style et de sa pensée.

Anthony Girard

Plan de l’ouvrage

  • I. Analyser ou s’émouvoir ?

  • Les marges étroites de la connaissance1
  • II. Sésame, ouvre-toi !

  • Le répertoire pour chant et piano5
  • La poésie de langue française7
  • La subtile alchimie des sons11
  • III. Un langage lumineux, « comme le ciel et le jour »

  • 1. « Que le silence est beau de mille oiseaux ensemble… »16

  • Un lyrisme intime16
  • De rares figuralismes22
  • Éloge de la simplicité23
  • Suggérer, mais à peine !27
  • 2. « Approche ton oreille ! »33

  • Une harmonie subtilement modale34
  • Les ambiguïtés polymodales36
  • La signature tonale41
  • Les modulations émotionnelles45
  • IV. « Chaque été il y aura donc pour moi une nouvelle mélancolie »

  • Orfèvrerie formelle51
  • Un catalogue, au fil de la plume…52
  • V. « Ô soleil Ô lune Ô poésie de mon enfantement »

  • Un parcours solitaire199
  • Une évidente filiation…203
  • … mais aucune étiquette !204
  • VI. « Ce dialogue intime, et recommencé, d’un être avec ses propres ombres »

  • Entre la candeur et la détresse207
  • L’alibi du poème209
  • Une singularité extrême210
  • Catalogue des mélodies219
  • Index des personnes225

Mélodies de Guy Sacre

parues chez Symétrie

Dans la presse

La mélodie française dans la seconde moitié du xxe siècle fut vilipendée, calomniée, humiliée, pulvérisée par tout ce qui semble aujourd’hui bien plus démodé qu’elle et qui prend place doucement mais sûrement dans le musée du bibelot moderniste en cours d’édification… Il faudra pourtant reconnaître un jour que Guy Sacre a bel et bien repris le fil là où ceux qui l’avaient tissé jusqu’aux années soixante (Poulenc, Milhaud, Sauguet…) l’avaient mené, en y ajoutant une infaillibilité d’écriture qui ne fut pas toujours l’apanage de ses devanciers les plus directs. Et qu’il le fit si bien qu’il a offert à la mélodie française le lieu où l’esprit et la lettre se confondent en cette profonde unité que seule une concision magistrale et un sens aigu du style sont à même de produire.

Nicolas Bacri, La Nouvelle Quinzaine littéraire, 16 octobre 2016

Si la patte de Guy Sacre reste éminemment reconnaissable, le compositeur offre à chaque texte un traitement singulier, marqué par une juste articulation, un surcroît de sens, une saveur supplémentaire. C’est là l’effet d’une science évidente de la prosodie française combinée à un langage musical dont l’ancrage tonal n’exclut aucune fantaisie expressive. La palette de son vocabulaire musical est sans limites, et réagit comme chimiquement à la substance des mots.

Sylvain Fort, Classica, juillet 2016

Autres formes

(couverture de Aux sources vives  de l’enfance)

Aux sources vives de l’enfance

Les mélodies de Guy Sacre
(couverture de Mélodies complètes de Guy Sacre)

À PARAÎTRE

Mélodies complètes de Guy Sacre

(couverture de Aux sources vives de l’enfance + lot des mélodies complètes de Guy Sacre)

À PARAÎTRE

Aux sources vives de l’enfance + lot des mélodies complètes de Guy Sacre

et