Nous restons ouverts et servons vos commandes en toute sécurité !

Lucien Durosoir (1878-1955)

Né à Boulogne près de Paris en 1878, Lucien Durosoir fit une carrière de violoniste avant de se consacrer à la composition. La déclaration de guerre, en août 1914, mit brutalement fin à cette carrière. De cette date au mois de février 1919 – soit pendant près de cinq ans –, Lucien Durosoir partagea la vie des fantassins dans les tranchées et les terribles combats de la Grande Guerre. À la fin de celle-ci, il s’isola dans une région du sud de la France pour s’adonner à la composition. Sa vie est donc très distinctement partagée en ces trois périodes de durée inégale et de styles de vie très contrastés.

Lucien Durosoir a laissé une quarantaine d’œuvres de formations très variées qui étaient restées inédites. De l’analyse des œuvres actuellement publiées, on peut déduire quelques caractéristiques de son style. Celui-ci repose sur des bases totalement personnelles : on y chercherait en vain des références contemporaines ou passées. Pas de forme « académique » malgré les annonces d’un grand classicisme (trio, quatuor à cordes, quintette, sonate…) ; mais plutôt un retour vers la liberté formelle des pré-classiques (Caprice, Fantaisie, Prélude), des titres suggérant un projet esthétique (Rêve, Vitrail, Berceuse, Ronde, Jouvence, Poème, Idylle, Funérailles, Incantation bouddhique, Aube, Nocturne…). Une recherche du son rare : dans le choix de certaines formations (cor, harpe et piano ; violoncelle et harpe ; quatuor pour flûte, clarinette, cor et basson), dans des métriques peu usitées (5/4, 7/4), dans des tonalités chargées d’altérations qui dépaysent les oreilles les plus averties. Un univers sonore dense, fondé sur la forte individualisation du discours de chaque instrument dans les formations moyennes, l’abondance des mentions de caractère agogique, celles-ci parfois très impératives (le « Rapide et fiévreux. Halluciné » qui revient plusieurs fois dans le premier mouvement du Quatuor à cordes en si mineur, 1933-1934). Un vertige de la difficulté, dans la technique instrumentale (aspect très personnel de l’écriture pianistique dont l’émiettement procure des effets encore inouïs ; extrême virtuosité demandée au violoncelle contre laquelle protestait Maréchal) ; dans la complexité de l’écriture : harmonie tourmentée, superposition de rythmes contraires, atonalisme raisonné, écriture polymélodique. La personnalité complexe de l’homme apparaît dans ces thèmes inquiets, voire angoissés, débouchant sur une séquence d’une allégresse irrépressible, dans cette constante remise en question de ce qui vient d’être écrit par une autre manière de le dire, dans ce recours amoureux à certains artifices du contrepoint, nullement dépaysés dans ce langage si peu conventionnel. La Prière à Marie (1949), l’une de ses dernières œuvres, est pourvue d’une dédicace à ses enfants qui livre en quelques mots ce qui fut le sens de la vie du maître : « Puissent les biens spirituels descendre en eux, que leur vie entière ils en conservent l’amour ». Un vrai message de spiritualité de celui qui a connu le pire à ceux qui sont encore innocents.

Publications

(couverture de Quintette en fa majeur pour cordes et piano)

Quintette en fa majeur pour cordes et piano

(couverture de Quatuor n°1)

Quatuor n°1

en fa mineur
(couverture de Quatuor n° 2)

Quatuor n° 2

en ré mineur
(couverture de Sonnet à un enfant)

Sonnet à un enfant

pour chant (voix élevée) et piano
(couverture de Trio)

Trio

en si mineur
(couverture de Poème)

Poème

pour violon, alto et piano
(couverture de À ma mère)

À ma mère

pour chant et piano
(couverture de Prélude, Interlude et Fantaisie)

Prélude, Interlude et Fantaisie

pour deux pianos
(couverture de Quatuor n° 3)

Quatuor n° 3

en si mineur
(couverture de Jouvence)

Jouvence

fantaisie pour violon et piano
(couverture de À ma mère)

À ma mère

pour chant et piano
(couverture de Idylle)

Idylle

Pour quatuor d’instruments à vents
(couverture de Aube, Sonate d’été)

Aube, Sonate d’été

pour piano
(couverture de Cinq Aquarelles)

Cinq Aquarelles

pour violon et piano
(couverture de Berceuse)

Berceuse

pour flûte et piano
(couverture de Au vent des Landes)

Au vent des Landes

pour flûte et piano
(couverture de Improvisation sur la gamme d’ut)

Improvisation sur la gamme d’ut

pour violoniste habile et pianiste débutant…
(couverture de Sonate en la mineur)

Sonate en la mineur

Le Lis
(couverture de Vitrail)

Vitrail

pour alto et piano
(couverture de Trois Préludes)

Trois Préludes

pour orgue et harmonium
    (couverture de Chant élégiaque)

    Chant élégiaque

    pour violon et piano
    (couverture de Oisillon bleu)

    Oisillon bleu

    bref poème pour violon et piano
    (couverture de Prière à Marie)

    Prière à Marie

    pour violon et piano
    (couverture de Nocturne)

    Nocturne

    pour piano
    (couverture de Légende)

    Légende

    pour piano
    (couverture de Incantation bouddhique)

    Incantation bouddhique

    pour cor anglais et piano
    (couverture de Rêve)

    Rêve

    pour violon et piano
    (couverture de Divertissement, Maïade, Improvisation)

    Divertissement, Maïade, Improvisation

    trois pièces pour violoncelle et piano
    (couverture de Aquarelles)

    Aquarelles

    Berceuse, Ronde
    (couverture de Caprice)

    Caprice

    pour violoncelle et harpe

    Format bibliographique à copier

    Durosoir, Lucien. Quintette en fa majeur pour cordes et piano, Megep, 2015, 67 p.
    Durosoir, Lucien. Quatuor n°1, en fa mineur, Megep, 2009, 41 p.
    Durosoir, Lucien. Quatuor n° 2, en ré mineur, Megep, 2005, 80 p.
    Durosoir, Lucien. Trio, en si mineur, Megep, 2004, 83 p.
    Durosoir, Lucien. Sonnet à un enfant, pour chant (voix élevée) et piano, Megep, 2004, 12 p.
    Durosoir, Lucien. Aube, Sonate d’été, pour piano, Megep, 2004, 70 p.
    Durosoir, Lucien. Poème, pour violon, alto et piano, Megep, 2004, 50 p.
    Durosoir, Lucien. Prélude, Interlude et Fantaisie, pour deux pianos, Megep, 2004, 96 p.
    Durosoir, Lucien. À ma mère, pour chant et piano, Megep, 2004, 11 p.
    Durosoir, Lucien. À ma mère, pour chant et piano, Megep, 2004, 11 p.
    Durosoir, Lucien. Jouvence, fantaisie pour violon et piano, Megep, 2004, 54 p.
    Durosoir, Lucien. Quatuor n° 3, en si mineur, Megep, 2004, 62 p.
    Durosoir, Lucien. Idylle. Pour quatuor d’instruments à vents, Megep, 2004, 27 p.
    Durosoir, Lucien. Au vent des Landes, pour flûte et piano, Megep, 2004, 14 p.
    Durosoir, Lucien. Berceuse, pour flûte et piano, Megep, 2004, 12 p.
    Durosoir, Lucien. Cinq Aquarelles, pour violon et piano, Megep, 2004, 34 p.
    Durosoir, Lucien. Improvisation sur la gamme d’ut, pour violoniste habile et pianiste débutant…, Megep, 2004, 4 p.
    Durosoir, Lucien. Trois Préludes, pour orgue et harmonium, Megep, 2004, 17 p.
    Durosoir, Lucien. Vitrail, pour alto et piano, Megep, 2004, 15 p.
    Durosoir, Lucien. Sonate en la mineur. Le Lis, Megep, 2004, 54 p.
    Durosoir, Lucien. Oisillon bleu, bref poème pour violon et piano, Megep, 2003, 26 p.
    Durosoir, Lucien. Chant élégiaque, pour violon et piano, Megep, 2003, 9 p.
    Durosoir, Lucien. Caprice, pour violoncelle et harpe, Megep, 2003, 27 p.
    Durosoir, Lucien. Incantation bouddhique, pour cor anglais et piano, Megep, 2003, 24 p.
    Durosoir, Lucien. Nocturne, pour piano, Megep, 2003, 4 p.
    Durosoir, Lucien. Légende, pour piano, Megep, 2003, 6 p.
    Durosoir, Lucien. Prière à Marie, pour violon et piano, Megep, 2003, 8 p.
    Durosoir, Lucien. Aquarelles. Berceuse, Ronde, Megep, 2003, 16 p.
    Durosoir, Lucien. Rêve, pour violon et piano, Megep, 2003, 15 p.
    Durosoir, Lucien. Divertissement, Maïade, Improvisation, trois pièces pour violoncelle et piano, Megep, 2003, 37 p.